Qu’est-ce que la dépression saisonnière ?

dépression saisonniere
Comprendre la dépression saisonnière

La dépression saisonniere ou Trouble Affectif Saisonnier (dont l’abréviation est “TAS”) est un trouble de l’humeur complexe. Souvent traitable, elle touche presque tous les groupes d’âge. Elle est unique en ce sens qu’elle est généralement difficile à diagnostiquer. Ceci arrive surtout si l’on ne sait pas de quoi il s’agit et comment il affecte le cerveau humain. Le trouble affectif saisonnier consiste essentiellement en des états périodiques de dépression en fonction du mois civil. Il se peut que vous vous sentiez bien et affichiez un tempérament positif pendant la majeure partie de l’année. Pourtant, tout au fond, vous vous repliez sur vous-même. Vous pouvez également souffrir d’une baisse générale de la qualité de votre vie pendant un à trois mois.  La dépression saisonnière survient généralement durant les mois d’hiver. Toutefois, elle peut aussi se manifester en été. Cela dépend, en effet, de l’endroit où vous vivez.

Le trouble affectif survient généralement en saison hivernale, étant donné que les jours sont plus courts durant cette période. Plus précisément, le fait de “reculer” l’horloge donne l’impression qu’il y a moins d’heures de soleil dans la journée. Cela peut avoir un effet négatif sur le cerveau. Pour information, l’être humain a tendance à associer la luminosité au bonheur. 

Tout commence avec l’arrivée des mauvais jours

L’hiver est souvent froid, sombre et maussade en début de soirée. C’est pourquoi les humains sont susceptibles de tomber sous le charme et d’attendre impatiemment le retour du soleil.  Lorsqu’il fait plus sombre dans l’après-midi, les victimes du trouble affectif saisonnier pensent qu’ils doivent se coucher plus tôt. Ce n’est pas un gros problème. Cependant, plus un individu se couche tôt, moins il pense avoir dormi le matin. Le fait que la précédente journée a été écourtée en est la cause.

Les troubles saisonniers peuvent également apparaitre au printemps et à l’été

Il est faux de croire que les mois d’été ne peuvent pas être à l’origine du trouble affectif saisonnier. Notez que les personnes qui vivent dans des régions “sombres” peuvent réagir inversement. Les habitants de certaines zones géographiques comme l’Alaska, où l’obscurité est totale pendant de longues périodes, peuvent souffrir de dépression saisonniere. Leurs symptômes sont évidemment moins importants. En effet, la plupart des personnes qui vivent cette expérience ont besoin de lumière. Pourtant, il s’agit tout de même d’un sous-ensemble important d’individus ayant besoin d’aide. Le Sydney Morning Herald confirme aussi que la léthargie printanière est un phénomène bien réel. Il faut préciser que le changement de lumière et de température modifie le métabolisme en le ralentissant. Cela peut entraîner une somnolence et une fatigue indésirables.

Les gens ont tendance à négliger ce trouble. La cause, c’est parce qu’il présente les mêmes signes avant-coureurs par rapport à d’autres types de dépression. Le TAS est différent des autres problèmes de santé mentale, car il repose principalement sur un schéma prévisible de mécontentement. Cela peut sembler anodin à première vue. Cependant, lorsque les victimes savent qu’un mois à venir sera problématique pour leur psyché, elles ressentent un sentiment d’anxiété accru. Parfois, la crainte d’un problème à venir peut être tout aussi paralysante que le problème lui-même.

Les dangers des Troubles Affectifs Saisonniers

L’un des plus grands dangers de la caractérisation du TAS réside dans le fait qu’il peut être diagnostiqué à tort à la place de quelque chose d’autre de plus alarmant : le trouble bipolaire. Le fait d’être parfaitement heureux un mois et d’afficher un comportement totalement opposé le mois suivant, peut paraître extrêmement bipolaire aux yeux des médecins. Selon les médecins, seuls 20 % des personnes souffrant de TAS sont réellement bipolaires. De ce fait, 80 % des personnes pourraient recevoir un traitement pour un problème qui ne les concerne même pas. 

L’un des signes révélateurs de la bipolarité d’une personne, par opposition à la dépression saisonniere, est ses sautes d’humeur incessantes. Le fait d’être généralement renfermé en raison d’un manque de soleil et d’un horaire de sommeil modifié est très différent du fait de montrer de nombreuses émotions opposées en l’espace de 24 heures. Bien que ce ne soit pas exclusif, la plupart des patients souffrant de dépression saisonnière sont constants dans leurs sentiments et habitudes négatifs, alors que ceux qui sont réellement bipolaires présentent des modèles de comportement qui changent rapidement.

La dépression saisonnière peut être un état terrifiant, en particulier pour les personnes très extraverties et agréables, mais la bonne nouvelle est qu’il existe de nombreuses options de traitement abordables. Certaines sont même gratuites. Il peut être déconcertant d’avoir l’impression d’avoir succombé à la dépression saisonniere. Il est donc utile d’en comprendre les symptômes avant que cela ne se reproduise. Si vous ou l’une de vos connaissances luttez contre la dépression saisonnière, il est extrêmement important de savoir comment elle affecte votre cerveau et pourquoi elle vous fait changer en tant que personne. Pour ce qui est d’aborder le problème de front, il est toujours préférable d’être préparé que de laisser son espace mental au hasard.

Quelle est l’histoire du syndrome de dépression hivernale ?

L’Institut national de la santé mentale, sous la direction de Norman Rosenthal, a été le premier à inventer le nom de ce qui est devenu le trouble affectif saisonnier. Même si cela s’est passé en 1984, trente années de recherches leur ont donné une grande confiance pour étiqueter cette maladie et en déduire avec précision que des milliers, voire des millions de personnes en souffraient. Rosenthal et son collègue Alfred Lewy ont mené des recherches sur la mélatonine et sa relation avec nos habitudes de sommeil. Rosenthal, en particulier, se sentait obligé de trouver une explication au fait que son humeur et ses horaires de sommeil changeaient pendant les mois d’hiver. 

C’est avec régularité que les symptômes, le diagnostic et la fréquence ont été discutés. Cela mène à la conclusion sans équivoque que le traitement des schémas de sommeil interrompus était parfois efficace lorsqu’on opte pour la luminothérapie.  Il s’agissait d’un processus de longue haleine à répéter plusieurs fois. Cela est une preuve que les exercices eux-mêmes n’étaient pas le fruit de la chance ou du hasard.

Un trouble désormais reconnu par la médecine

Le trouble affectif saisonnier n’a pas réussi à s’imposer dans le domaine médical. Le monde l’a écarté durant des années en plaçant ses symptômes sous l’égide d’autres affections. Le scepticisme des médecins a engendré la frustration de ceux qui étaient convaincus de vivre quelque chose d’influencé par le changement des saisons. À première vue, cette notion peut sembler stupide, mais une fois que la science qui la sous-tend est devenue une connaissance commune, des médecins agréés se sont consacrés à sa guérison. Plus la dépression saisonniere était comprise et diagnostiquée, plus les patients bénéficiaient d’un traitement précis.

Si le livre de Norman Rosenthal, “Winter Blues” est devenu une référence pour d’autres médecins, ce sont en fait les efforts déployés par l’ingénieur de recherche Herb Kern dans les années 70 pour soigner sa propre dépression saisonnière qui ont véritablement lancé le mouvement. Quel que soit l’auteur de la course, il s’agit d’un marathon que les médecins mènent encore aujourd’hui, car la dépression saisonnière est un trouble en constante évolution qui nécessite des solutions rapides dans les cas les plus graves.

Qui est le plus susceptible de souffrir de la dépression saisonnière ?

Il est intéressant de noter que très peu de facteurs séparent les personnes aux prises avec cette affection. C’est une science inexacte de déterminer qui en ressentira les symptômes, mais des études ont montré qu’elle affecte généralement plus les femmes que les hommes. Les antécédents familiaux peuvent également jouer un rôle important dans le fait que vous feriez partie ou non des statistiques de dépression saisonnière. 

Si votre lignée est prédisposée aux sautes d’humeur saisonnières, il est fort probable que vous serez victime du TAS. Le plus intriguant est peut-être que ce trouble touche souvent des personnes logées plus loin de l’équateur que celles qui en sont proches. Une fois de plus, il s’agit d’un fait qui souligne le fait que des jours plus courts en hiver et plus longs en été modifient notre état d’esprit. En fait, la Suède et la Norvège reconnaissent ce problème de santé qu’elles essaient de la traiter de manière proactive pour leurs citoyens. Ces pays utilisent des techniques de traitement fortement recommandées.

En fin de compte, près de 3 millions de personnes interrogées ou traitées, se sont “identifiées” comme victimes de cette maladie. C’est un chiffre énorme qui montre à quel point, nous sommes nombreux à en être atteints sans le savoir.

Quels sont les symptômes de la dépression saisonniere ?

De nombreuses personnes dans le monde entier souffrent actuellement de la “maladie du blues”. Cependant, elles n’en savent rien, car elles manquent d’informations sur le sujet. Heureusement, il existe de nombreux signaux d’alarme que présentent les personnes qui luttent contre les troubles dépressifs des mois d’hiver, et en voici quelques-uns que vous devriez surveiller :

  • Le sommeil est le domaine le plus souvent touché par le TAS, car nous avons tous besoin d’une bonne nuit de repos pour être actifs, motivés et heureux. Comme ces trois domaines sont altérés par le TAS, c’est un point de départ logique si vous cherchez à savoir si vous souffrez de cette maladie. Plusieurs recherches ont démontré l’importance de la lumière pour la sérotonine et la mélatonine chez les humains et les animaux. Ces deux éléments entretiennent une relation mutuelle et sont co-dépendants de ce que chacun d’eux apporte à l’organisme. 
    Plus précisément, comme la nuit tombe plus tôt dans la journée, le noyau suprachiasmatique de notre hypothalamus indique à la glande pinéale que la mélatonine doit être libérée plus tôt que d’habitude. Ce n’est pas idéal, car la mélatonine abaisse notre rythme cardiaque et nous détend pour l’heure du coucher. Bien sûr, tout cela est très technique, mais si l’on décompose le problème, ce qui est finalement modifié, c’est notre rythme circadien. Il est prudent de considérer le rythme circadien comme notre réveil interne, qui nous indique quand aller nous coucher et quand nous réveiller. 
    Lorsque la lumière et l’obscurité apparaissent à des moments auxquels notre cerveau n’est pas habitué, c’est comme si l'”alarme” du rythme circadien ne se déclenchait pas dans votre tête. Si vous avez déjà eu une matinée difficile parce que votre alarme n’a pas sonné, vous pouvez commencer à comprendre pourquoi cela peut tellement changer votre humeur et votre journée.
  • Le sentiment d’inutilité ou de désespoir dans la vie est un autre indicateur de la présence d’un TAS. Lorsque vous avez l’impression qu’il n’y a pas assez de temps dans la journée pour accomplir les choses, vous vous repliez sur vous-même et n’avez pas la motivation nécessaire pour aller de l’avant. Quand ces sentiments se mêlent au fait de se retirer des interactions sociales, le problème de ce trouble est aggravé.  Comme toute affection, de même qu’un mauvais schéma peut vous faire entrer dans votre état d’esprit négatif, un schéma positif peut vous en faire sortir.
  • La suralimentation est perceptible chez les personnes atteintes de ce trouble, car elles se font plaisir à des moments de la journée auxquels elles ne sont pas habituées. Parfois, cela signifie dîner trop tôt ou grignoter au milieu de la nuit. Les glucides sont particulièrement recherchés, ce qui a une corrélation directe avec la prise de poids chez plusieurs patients souffrant de ce problème.
  • La perte de libido et l’agitation récurrente à l’idée d’une relation intime peuvent vous faire prendre conscience que vous présentez des symptômes de dépression saisonniere. Ceux-ci s’étendent également à d’autres domaines similaires, comme le manque de concentration et l’anxiété.
  • Un comportement léthargique est un moyen infaillible d’éveiller les soupçons de votre médecin. Bien que la plupart d’entre nous soient léthargiques de temps en temps, se sentir continuellement comme ça pendant les mois d’hiver, en accord avec l’un des signes susmentionnés, est une mauvaise combinaison. Sortir du lit le matin est difficile pour tout le monde, mais les patients souffrant de dépression saisonnière ont des difficultés particulières dans ce domaine et, souvent, ne se lèvent pas du tout, même s’ils n’arrivent pas à s’endormir.

Comment la dépression saisonniere se manifeste-t-elle au début ?

L’un des problèmes majeurs de la dépression saisonnière est que, la plupart du temps, les gens ne savent pas quand elle a commencé. Plus elle est identifiée tôt, plus elle est facile à traiter, mais il est évident qu’une mauvaise humeur ne signifie pas nécessairement que vous êtes sur la voie d’un mode de vie négatif. Pour être clair, les symptômes commencent généralement à se manifester à l’adolescence. Il est rare qu’une personne plus âgée en fasse l’expérience de façon inattendue, mais ce n’est pas impossible. Dans le cas des enfants, il arrive souvent qu’ils n’aient tout simplement pas la capacité mentale (ou l’intérêt) de faire le lien entre la lumière extérieure et le fonctionnement du cerveau. En outre, les enfants acceptent plus facilement leur environnement, même si celui-ci est négatif.

La dépression saisonnière est et doit être évaluée au cas par cas, mais il existe certains indicateurs de son apparition. Pendant la période d’ajustement de l’heure d’été, s’il vous faut une semaine ou plus pour vous adapter à votre horaire de sommeil, il y a de fortes chances que vous souffriez de dépression saisonniere. Changer les habitudes de sommeil peut demander un peu d’entraînement, mais si vous avez l’impression de porter un énorme poids sur le dos malgré des heures de coucher plus précoces, cette léthargie est un mauvais signe, surtout si votre motivation s’est envolée. Le problème est qu’un revers en entraîne généralement un autre, et qu’il est plus difficile d’arrêter un rocher qui descend sur une pente.

Comment auto-diagnostiquer le syndrome de dépression saisonniere ?

Pour commencer, vous ne devez jamais vous auto-diagnostiquer ou prendre des médicaments si vos symptômes semblent sérieux. Même si vous ne les considérez pas comme tels, soyez honnête avec vous-même sur la façon dont votre corps se sent et sur votre état mental. Cela dit, il peut être avantageux de dresser une liste des symptômes qui reviennent régulièrement. Êtes-vous toujours triste pendant les mêmes mois ? Pendant ces périodes, vous couchez-vous plus tôt, mangez-vous plus tard ou êtes-vous plus renfermé ? Chaque personne gère son mode de vie différemment en fonction de sa personnalité et de ses besoins, mais nous devons tous maintenir des besoins fondamentaux comme la nourriture et le repos. Si ces deux domaines sont à l’opposé de ce qu’ils sont normalement, les autres mois, vous souffrez peut-être d’un trouble affectif saisonnier.

Vous devriez toujours chercher à obtenir une aide professionnelle si l’un de ces signaux d’alarme se manifeste régulièrement. Non seulement il vaut mieux prévenir que guérir, mais si vous attendez pour obtenir de l’aide, il sera peut-être trop tard pour éviter tout dommage à long terme. Souvent, les personnes souffrant de dépression saisonniere choisissent de ne pas consulter le médecin. Elles ont tendance à penser que tout rentrera dans l’ordre d’ici un ou deux mois. C’est une façon de penser négligente et dangereuse, car le trouble affectif saisonnier peut induire des pensées suicidaires, dont la patience n’est jamais une vertu.

Il est souvent plus simple de remarquer quelque chose d’obtus chez quelqu’un d’autre que chez soi. Si vous remarquez des symptômes gênants, vous avez l’obligation de mettre cette personne au courant.

Comment détecter la fin de sa dépression saisonniere ?

La réponse la plus évidente est que si vous vous sentez de nouveau heureux, vous avez probablement passé le cap. Ce n’est pas toujours le cas, car la “rechute” est aussi fréquente avec les troubles mentaux qu’avec la toxicomanie. Une couverture nuageuse, même lors d’une journée ensoleillée, peut suffire pour que vous vous sentiez de nouveau de mauvaise humeur. Ce n’est pas votre faute, en fait, votre cerveau a créé un modèle de pensée négative parce qu’il s’est habitué à cette routine. De nombreux facteurs comme la nourriture, le sommeil et le comportement manipulent le corps humain. Cependant, tout ce qu’il désire vraiment, c’est de maintenir un niveau de rythme constant. Un objet en mouvement a tendance à rester en mouvement. Ainsi, plus vous passez vos journées d’hiver à déprimer, plus votre cerveau associe ces sentiments au statu quo.

L’établissement d’un calendrier est essentiel pour les personnes souffrant de dépression saisonnière, et vous devrez peut-être même noter vos heures de réveil et de coucher chaque jour. Ceci est bénéfique, car cela peut vous donner une feuille de route quant aux jours qui ont été pires que d’autres, et comment éviter vos habitudes et régimes sur ces derniers. De plus, en tenant un tableau de vos heures de sommeil et de vos sautes d’humeur, vous serez en mesure de déterminer à quel moment de l’année votre santé mentale s’améliore et vous êtes officiellement “sorti du bois” de ses effets. Vous ne voudrez jamais être le sujet de votre propre expérience scientifique, mais si cela vous épargne des soucis à l’avenir, cela en vaut la peine.

Trouble affectif saisonnier chez les adolescents

La dépression saisonniere est une affection préoccupante pour les personnes de tout âge, mais elle est particulièrement préoccupante chez les jeunes. La raison en est que la dépression saisonnière chez les adolescents est plus difficile à détecter et peut passer inaperçue si elle n’est pas traitée de manière appropriée. Les hommes et les femmes de moins de 20 ans doivent déjà faire face à des hormones déchaînées, et si vous avez rencontré un adolescent lunatique, vous les avez probablement tous rencontrés. De plus, les adolescents ont des horaires de sommeil irréguliers. Dans le cas où ils sont inscrits à l’école, ils sont très anxieux par rapport aux examens et à leur avenir scolaire. 

Il est essentiel de détecter cette maladie à un stade précoce, car les adolescents sont déjà émotifs. Si l’on ajoute à cela la dépression saisonnière, c’est comme si l’on allumait une allumette à côté d’un bidon d’essence. Lorsqu’ils sont émotifs, les gens sont plus susceptibles d’être influencés négativement par les choses qui les entourent : les gens, les idées et, oui, même le manque de lumière du soleil. Cela vaut doublement pour les jeunes, et avoir une conversation honnête avec votre fils ou votre fille sur ce qui le ou la rend malade est une voie préparatoire intelligente à suivre. 

Si votre intuition vous dit qu’il se passe quelque chose, intervenez. Votre adolescent n’en est peut-être même pas conscient, et la plupart entretiennent l’idée erroné qu’ils peuvent résoudre le problème par eux-mêmes. Si la dépression saisonniere a des antécédents dans votre famille, ne laissez pas l’entêtement vous empêcher d’informer votre famille de sa prédisposition potentielle à cette maladie.

Pourquoi la dépression saisonniere est-elle souvent associée aux voyages ?

Comme les adolescents qui souffrent de manque de lumière, les personnes qui voyagent rencontrent des obstacles supplémentaires comme le décalage horaire et le changement de fuseau horaire. Ces obstacles, auxquels s’ajoute le blues de l’hiver, les privent de la lumière du soleil nécessaire pour poursuivre leur journée avec détermination et persévérance.

Le décalage horaire est étroitement lié à la dépression saisonniere, car il peut complètement bouleverser l’horloge biologique d’une personne. En vacances, faire la grasse matinée le lendemain n’est peut-être pas un problème, mais des milliers de personnes voyagent pour leur travail et risquent de voir leur carrière altérée si elles ne sont pas performantes.

Lorsque vous avez voyagé par le passé, vous avez probablement dû faire face à des changements de fuseau horaire. Rien n’est plus déstabilisant que d’avoir l’impression que la journée n’est pas finie… avant de réaliser que là où vous vous trouvez, c’est l’heure de se coucher.

La luminothérapie contre le décalage horaire

Une pléthore de solutions se présentent pour ces situations, mais la luminothérapie n’est pas la solution la plus couramment utilisée. Cela consiste à utiliser des lampes, des appareils qui reproduisent une période de 24 heures “normale”. Les voyageurs convoitent l’utilisation de ce type de technique. En effet, de nombreux modèles sont portables et assez petits. Ils sont donc faciles à transporter dans les bagages. Ce n’est pas parce que vous traversez les frontières que ce trouble disparaît. Donc avoir une solution rapide et efficace est parfois ce que le médecin a ordonné, littéralement.

Il existe de nombreuses façons d’utiliser les lampes de luminothérapie pour le voyage. Ses utilisateurs évoquent souvent la commodité d’installer les lampes sur les bureaux ou dans les chambres d’hôtel. Les critiques de ces lampes mentionnent qu’il est préférable d’utiliser les marques qui offrent un interrupteur ou un cadran de réglage, de sorte que la quantité de lumière peut être ajustée selon les désirs d’une personne spécifique.

Le succès d’une lampe de luminothérapie en voyage se mesure à son utilisation. En d’autres termes, si vous émettez de la lumière à 18 heures tous les soirs, vous devez continuer à respecter cet horaire aussi fidèlement que possible jusqu’à ce que vous ne ressentiez plus les symptômes de la maladie. Il est déconseillé d’utiliser ce type de lampe de manière erratique ou spontanée. Ça l’est encore moins en voyage, car vous finissez par perturber votre rythme circadien.

Si vous êtes dans le bateau et que vous avez envie d’utiliser une lampe dans vos voyages, faites attention à ce que vous achetez. Les lampes utilisées pour la luminothérapie sont dotées de différentes caractéristiques qui se concentrent sur des choses, qui peuvent ne pas être pertinentes pour vous.

Nous apprécions également la portabilité des nouveaux appareils de luminothérapie rouge et des lunettes de luminothérapie.

Divers traitements de la dépression saisonniere

La luminothérapie pour la dépression saisonniere est la solution la plus courante. Il s’agit d’un traitement qui vise à reproduire les rayons du soleil, quelle que soit la saison.

Pour ce faire, les lampes susmentionnées émettent de la lumière dans un état contrôlé. Pour garder une certaine cohérence et pouvoir mesurer les effets, il est recommandé d’utiliser sa lampe chaque jour.

En termes de prix, une lampe de luminothérapie peut avoir un prix abordable comme un prix élevé. Discutez de cette approche avec votre médecin. Cette pratique a gagné en popularité ces dernières années. La plupart du temps, les lampes modernes sont portables et peuvent être emportées avec vous. 

La thérapie par la parole

La thérapie par la parole est un autre traitement de la dépression saisonniere. Elle n’est d’ailleurs pas différente d’une visite standard chez le psychiatre. Elle peut s’avérer fructueuse, car les personnes souffrant de ce trouble se replient généralement sur elles-mêmes pendant de longues périodes. La thérapie par la parole a pour but d’atténuer votre désir de rester seul et de ne pas être sociable. Ce type de thérapie ne convient pas à tout le monde.

Certaines personnes ressentent effectivement de l’angoisse à l’idée que quelqu’un d’autre écoute leurs problèmes. Cela peut même être la chose qu’elles essaient de contourner. Cette option peut également coûter cher. Elle peut, cependant, être d’un grand secours. Il faut juste la pratiquer, ne serait-ce qu’une fois par semaine pendant les mois nécessaires. Il vous est possible de ne pas vous adresser à une personne qualifiée dans ce domaine. Toutefois, il vaut mieux faire un effort concerté pour converser avec les gens pendant cette période sombre.

Les compléments alimentaires

Les vitamines peuvent être bénéfiques pour éliminer la dépression saisonnière. Toutefois, il vaut mieux demander l’avis d’un médecin. Vous devez vous assurer que vous n’avez pas d’allergies ou d’autres maladies pouvant empêcher l’action de la plupart de ces traitements. Comme le TAS vous prive des bienfaits du soleil, les vitamines B et D vous offrent une meilleure santé. Par conséquent, vous êtes mieux armé pour affronter la journée. 

Une étude publiée dans le guide de poche sur la santé “Nutriments” a révélé que les personnes qui ingéraient régulièrement des niveaux naturels de vitamine D, présentaient une diminution des sentiments de tristesse et de dépression. Certains utilisateurs ne jurent que par les vitamines plutôt que par la lumière et la thérapie par la parole. C’est parce que le flux sanguin les ingère directement. Cependant, les autres se basent plus sur la théorie que sur les faits. 

L’inconvénient des vitamines est que les patients commencent à décider de s’auto-prescrire leurs propres doses. Il faut rappeler qu’une trop importante quantité de médicaments peut être nocive. De plus, comme le trouble affecte la mélatonine, les patients peuvent demander une plus grande quantité de ces pilules. Cependant, cela peut entraîner un énorme mal de tête, rendre plus somnolent, même en dehors des mois d’hiver où la dépression saisonniere dérange.

Il ne faut pas confondre les simulateurs d’aube et la luminothérapie. Les premiers sont plus ou moins des réveils qui donnent l’illusion progressive que le soleil se lève. Ils tentent de vous convaincre que les levers et les couchers de soleil se produisent en “temps réel”. Ces dispositifs sont idéaux dans les pièces sans fenêtre. Ils peuvent produire l’illusion à votre demande, quel que soit l’environnement. Ces appareils ont une certaine courbe d’apprentissage. La plupart des gens ignorent généralement l’heure exacte à laquelle ils se réveillent chaque jour. D’autres développements dans ce domaine ont donné naissance à des lunettes de luminothérapie et à des appareils de luminothérapie rouge.

L’aromathérapie

L’aromathérapie est un choix que les gens font s’ils sont très sensibles aux odeurs. Scientifiquement, certaines odeurs indiquent à notre cerveau de rester en alerte ou, au contraire, de se détendre. La lavande est une odeur qui, historiquement, calme les gens. Elle induit parfois des habitudes de sommeil. C’est pourquoi on la trouve souvent dans les détergents pour la lessive. Tous les traitements varient d’une personne à l’autre. L’aromathérapie est un traitement qui dépend vraiment de l’influence des odeurs sur votre corps au quotidien. Lorsque vous absorbez certaines odeurs, vous sentez-vous excité ?  Effrayé ?  Calme ? Certains individus éprouvent une réaction presque hypnotique aux odeurs, tandis que d’autres ne ressentent rien. Si vous avez un budget limité, l’aromathérapie est un moyen peu coûteux de “commencer”. Les huiles et les bougies ne coûtent que quelques euros.

L’écriture

Écrire ses pensées dans un journal est une voie enrichissante. C’est surtout le cas si vous avez beaucoup d’émotions à exprimer. Il vous convient aussi si la thérapie par la parole n’est pas pour vous. Tout le monde n’est pas à l’aise avec l’idée d’exprimer sa dépression aux autres. Par contre, mettre ses sentiments sur une page est une pratique que la plupart des psychiatres soutiennent. En théorie, votre tête élimine le désordre anxieux. Vous êtes plus ouvert à l’idée de différentes périodes de lumière et d’obscurité. 

Le fait de noter vos préoccupations et vos réflexions la nuit est propice. Cela vous permet de revenir sur la journée et de voir comment votre état vous a influencé. Vous êtes l’un des malheureux dont le cycle saisonnier revient vous déprimer l’hiver suivant ? Un journal peut vous aider. Il vous permettra d’apprendre de vos erreurs ou de vous rappeler comment vous avez géré la situation la première fois.

La méditation

Si vous ne vous sentez pas l’âme d’un écrivain, la méditation est une alternative intéressante. Elle permet d’atténuer le stress qui accompagne la dépression saisonniere. La relaxation complète du corps libère des hormones qui stimulent la glande pinéale et libèrent de la mélatonine. En conséquence, le cortex préfrontal génère des niveaux accrus d’activité dans les zones du cerveau qui favorisent le bonheur. Les moines bouddhistes pratiquent régulièrement cette activité. Ils sont d’ailleurs connus en tant qu’êtres les plus positifs de la planète. Au pire, les réactions des personnes qui ont essayé la méditation indiquent qu’elles ont pu mieux gérer leurs émotions.

La simple idée de faire de l’exercice en étant fatigué vous fera bâiller. Les résultats positifs sur votre corps sont plus importants que les effets sur votre esprit. Le fait d’avoir un programme défini de remise en forme libère des endorphines. Celles-ci vous mettent dans un état de bonheur et de concentration. L’exercice est aussi nettement meilleur que les antidépresseurs, du fait que le risque d’avoir des effets secondaires est quasi nul.

Les principales caractéristiques des meilleures lampes pour traiter le TAS

Les lampes de luminothérapie sont presque universellement acceptées comme un traitement qui vaut au moins la peine d’être essayé. C’est pourquoi il est judicieux de bien décortiquer sur les caractéristiques d’une bonne lampe.

Ces lampes ne guériront pas toutes les personnes qui se sentent déprimées de manière saisonnière. Pour attaquer le trouble, elles se présentent comme l’un des moyens les plus fiables et les plus rentables. Il y a des choses à prendre en compte si vous souhaitez acheter une bonne lampe de luminothérapie.

La luminosité

La luminothérapie n’a rien d’impressionnant si elle ne peut pas reproduire correctement la puissance du soleil. Il existe plusieurs avis sur la puissance qu’une lampe de luminothérapie doit émettre. Le flux lumineux jugé dans les normes est de 10 000 lux à hauteur de votre visage. Votre solution d’éclairage ne peut pas supporter ce niveau ? Essayez de résoudre le problème avec une lampe spécifiquement faite pour le traitement par la lumière.

La portabilité

Comme vous le savez, lorsque vous voyagez, la dépression hivernale voyage avec vous. Même si vous aimeriez pouvoir la laisser sur le pas de la porte en sortant, une solution est nécessaire pour traiter les symptômes en déplacement.

Sachez que toutes les lampes de luminothérapie ne sont pas portables. Certaines ont d’énormes bancs de lumières pour éclairer une pièce ou une maison entière. Si vous ne sortez jamais, ces lampes sont formidables. Toutefois, la plupart des gens ont un mode de vie plus actif.  Une bonne lampe de luminothérapie doit être facile à ranger pour voyager confortablement.

La simplicité de montage

En fonction de l’environnement dans lequel vous vous rendez, le montage de votre lampe peut ne pas toujours vous convenir. Vous pourriez rencontrer une situation où cela constitue un inconvénient. Certains patients ont besoin d’une lumière provenant d’un endroit spécifique. Il peut s’agir d’un plafond d’où rentre la lumière naturelle. Assurez bien le montage si vous envisagez de fixer votre lampe à des meubles.

Le cadran de réglage

Encore une fois, cela ne s’applique pas à tout le monde. Le fait d’être autonome pour régler les niveaux de lumière est très intéressant pour les personnes souffrant de ce trouble. Avec un cadran de réglage, vous êtes libre quant à la façon dont la lumière est émise. 

N’oubliez pas que certains d’entre nous sont sensibles à la lumière sur leur peau. Si vous faites partie de ces personnes, un cadran de réglage peut vous sauver la vie.

La lumière blanche et bleue

La plupart des lampes de luminothérapie produisent uniquement de la lumière blanche. Les cornées et les rythmes circadiens de certaines personnes répondent plus délicatement à la lumière bleue. Nous interprétons tous la lumière différemment. Trouver la bonne nuance pour manipuler votre cerveau demande alors la réalisation de différentes recherches.

Le minuteur

Les minuteurs sur les lampes de luminothérapie n’ont rien à voir avec les simulateurs d’aube. Les simulateurs d’aube sont une utilisation de la technologie pour reproduire un coucher de soleil naturel.

Les minuteurs en luminothérapie sont surtout utiles aux personnes à mobilité réduite qui ne peuvent pas se lever pour arrêter la lampe à la fin de la séance de luminothérapie. 

Ces minuteries sont aussi pertinentes pour les patients qui doivent suivre des prescriptions médicales précises. Ainsi s’il leur est demandé de faire “une heure de luminothérapie par jour”, la présence d’un minuteur va aider à respecter cette durée.

La technologie LED

L’utilisation de la technologie LED permet d’obtenir un faisceau de lumière plus propre et plus uniforme. En plus de cela, elle permet d’éviter de remplacer les ampoules.

La durabilité

Il est indispensable de lire les commentaires sur chaque lampe de luminothérapie. Cela vous évitera d’acheter des marques qui s’arrêteront de fonctionner au bout de quelques mois. Une lampe résistant à l’épreuve du temps, fait partie intégrante d’un traitement adéquat de la maladie. Rappelez-vous, la dépression hivernale revient chaque année… Une lampe durable vous permettra de l’utiliser pendant plusieurs années.

Conclusion

La constance et la patience sont les principaux éléments à prendre en compte pour traiter la dépression saisonniere. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il faut définir un plan et vous y tenir. Grâce à cela, vous augmenterez considérablement vos chances d’éliminer complètement cette maladie de votre vie.